Metadaten

Cartellieri, Otto [Editor]; Heidelberger Akademie der Wissenschaften / Philosophisch-Historische Klasse [Editor]
Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse (1914, 6. Abhandlung): Beiträge zur Geschichte der Herzöge von Burgund: V. Fragmente aus der zweiten "Justification du duc de Bourgogne" des Magisters Johann Petit — Heidelberg, 1914

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.33309#0016
License: Free access  - all rights reserved
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
16

Otto Cartellieri:

(Jean Petit)

(La seconde justification du duc de Bourgoingne.)

[Vorwort.J

■ (Br f. 1; Gf.106.)Comme vray et tres loyal subgiet et obeyssant
à vous, son roy et souverain segneur, mon tres redoubté segneur,
monsegneur le duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois
et de Bourgoingne palatin, segneur de Salins et de Malines, deux
fois per de France et doyen des pers, vostre parent et cousin ger-
main par le costé de melleur sexe, est chy venu presentement
par devers la vostre tres noble et tres haulte majesté royal pour
vous obeir, reverer et servir de toute sa puissance. Comme il y
est tenu et obligié par tres grans et pluiseurs obligacions, des-
quelles furent par moy proposées douze o prumier propos de la
justification de mondit seigneur de Bourgoingne, prononchié
en vostre hostel de Saint Pol le VIII e jour de march 1 l’an mil
CCCC et sept sur le fait de la mort et occision de feu Loys, qui se
disoit nagueres duc d’Orlyens. Lesquelles obligacions ne sont
pas à taire quant à present, mais sont bonnes et doibvent estre
plaisans à oir, repeter et retraire.

La premiere obligacion est 2 .

Et avoec che 3 prinche de tres noble memoire, feu monsegneur
le duc de Bourgoingne, son 4 tres redoubté segneur et pere, ly
commanda o lit de la mort par commandement paternel que sur
toutes choses apres le salut de son ame il meist tout son coeur,
volenté, corage, corps et puissanche, et exposat, tant qu’il viveroit,
à garder loyalment vostre personne, vos enfans et vostre tres
noble couronne et tres haulte segnourie. Car il se doubtoit tres
grandement que vos adversaires, qui machinoient à vous tollir
vosdittes couronne et segnourie, ne fussent plus fors apres son

1 may G.

2 Für das Folgende vgl. Petit, Justifîcation in Monstrelet I 178 ff.

3 Die nächsten Zeilen bis „resister à l’encontre“ fast gleichlautend auch
in Petit, Justification in Monstrelet I 180 f.

4 Bourg., tres red. seg. et son pere Br.
 
Annotationen
© Heidelberger Akademie der Wissenschaften